Demain les dauphins…

Demain les dauphins…

La vie a continué à évoluer au cours des huit prochains millénaires. La nature prenant conscience d’elle-même, n’a plus uniquement placé le fleuron de cette conscience dans l’humain, mais également dans d’autres formes de vie. C’est d’ailleurs ce qu’elle avait toujours fait, mais l’homme, orgueilleux, est le plus souvent passé à coté de ces autres formes de vie intelligentes qui témoignaient pourtant à l’ensemble de la biosphère de précieuses expériences de vie. La nouveauté venait du fait que les prochains millénaires allaient révéler à l’homme ces autres formes de vie, avec lesquelles il se sentirait parfois en concurrence.

 

Un album magnifique, une vision poétique des possibles

Un album magnifique, une vision poétique des possibles

Tel pourrait être le préambule de la très belle bande-dessinée de Miguelanxo Prado, intitulée Fragments de l’encyclopédie des dauphins, publiée en français en 1988 sous le titre Demain les dauphins. L’auteur espagnol nous raconte une partie de l’histoire des 8000 prochaines années en nous offrant une BD d’une grande beauté formelle, rehaussé d’un scénario très intelligent qui laisse un bel espace à l’imaginaire de son lecteur. Ici la poésie règne en maître. En 12 histoires, notre avenir nous est conté. Les éclairages que Prado nous donne oscille entre la politique, la spiritualité, la sociologie, l’écologie, entre l’histoire commune et l’histoire personnelle de chaque protagoniste. Chaque histoire nous fait entrer en quelques pages dans l’intimité des personnages, dans leur expérience. Prado s’évertue à nous immerger dans le quotidien de l’homme à différentes époques, avec au début de chaque histoire, un résumé de la situation dans laquelle se trouve l’humanité au moment de la narration.

Pourquoi Demain les dauphins ? Parce que dans 8000 ans, les dauphins deviennent les animaux dont la conscience est de loin la plus large de tous les vivants qui peuplent encore la terre. Sans déflorer la progression des douze histoires, disons qu’ils deviennent les dépositaires du savoir de l’humanité par l’intermédiaire d’un émissaire très proche de notre famille biologique. Et ces Fragments de l’encyclopédie des dauphins permettent de maintenir une vivante mémoire des événements qui concernent l’humanité et les vivants qui y sont associés.

Prado témoigne d’une imagination et d’une clairvoyance stupéfiante. Il alterne entre les réflexions scientifiques (1ère histoire « Sensations »), politiques (6ème histoire « Prenez pitié de nous »), religieuses (8ème histoire « De sang divin »), spirituelles (2ème histoire « Bienvenue », 10ème histoire « Point de départ »), écologiques (11ème histoire « Adieu »). Certaines histoires ont des liens directes entre elles, même à plusieurs siècles d’intervalle, comme si d’une certaine manière elles illustraient la notion de karma (3ème histoire « Sables », 4ème histoire « La voie royale »), d’autres explorent le potentiel d’intelligence qui se libère lors de la mutation des espèces (5ème histoire « Telmos ») ou au contraire peut régresser (9ème histoire « Je (barré) »). D’une manière générale, bien que l’intelligence de l’homme soit régulièrement défaillante, il me semble que Prado conclue cette oeuvre sur une ouverture en signe de confiance (11ème histoire « Adieu », 12ème histoire « Mythes… pour servir d’épilogue »), comme s’il nous murmurait à travers toutes ces histoires que malgré nos limitations, malgré nos errements et nos erreurs, nous autres humains étions tous porteurs du potentiel de nous dépasser, et même de laisser l’évolution oeuvrer à notre propre dépassement, acceptant notre obsolescence tout en nous laissant guider par les autres formes d’intelligences que nous côtoyons.

Entre fiction et prospective, Prado se paie le luxe d’imaginer (à l’instar de nos catégories historiques qui quadrillent notre passé en préhistoire, antiquité, moyen-âge, renaissance etc…) les grandes époques futures. Et chaque époque est présentée par des caractéristiques historiques dans lesquelles Prado spécifie les grandes découvertes scientifiques, les types de régimes politiques en vigueur, les croyances dominantes, les sauts évolutifs majeurs, les profils sociologiques des groupes humains etc… Voici les époques dans lesquelles se situe chaque histoire:

  • Ere atomique entre 1945 et 2100:

1ère histoire « Sensations »

2ème histoire « Bienvenue »

  • Ere solaire entre 2100 et 3000:

3ème histoire « Sables »

4ème histoire « La voie royale »

  • Ere cosmique (époque paléocosmique ou galactique 3000 à 7000):

5ème histoire « Telmos »

7ème histoire « Huile »

  • Ere stellaire (époque paléocosmique ou galactique 3000 à 7000):

6ème histoire « Prenez pitié de nous »

  • Ere cosmique (époque mésocosmique 7000 à 8000):

8ème histoire « De sang divin »

9ème histoire « Je (barré) »

  • Ere cosmique (époque mésocosmique 8000 à 10000):

10ème histoire « Point de départ »

  • Ere des dauphins à partir de 10000:

11ème histoire « Adieu »

  • Ere nouvelle à partir de 10348:

12ème histoire « Mythes… pour servir d’épilogue »

Demain les dauphins est une oeuvre magnifique, aujourd’hui malheureusement épuisée, qui ravirait tous les rêveurs éveillés, ceux qui sentent l’invisible et tutoient le ciel.

Comments are closed.