Présentation de la rencontre 3.2

Présentation de la rencontre 3.2

La seconde rencontre Ivresses livresques aura lieu le mercredi 6 novembre de 12h00 à 13h30 à la bibliothèque de l’Ecam.

Mon regard se promène ce matin sur les visages qui m’entourent. Ils ornent des corps différemment vêtus, signent des attitudes intérieures variées. Certains sont si affairés qu’ils sortent de mon champ de vision avant que je n’ai pu les contempler, d’autres demeurent immobiles, absorbés ou attentifs. Tous sont tributaires comme moi des conditions socio-économiques de notre environnement.

Longtemps notre histoire commune en occident s’est construite sur une fracture entre les partisans d’une régulation étatique publique ou les défenseurs d’une régulation marchande privée de notre système économique. Or la fin du XXème siècle est marqué conjointement par la chute d’un mur, symbole de la mort de l’idéologie communiste révolutionnaire, et l’entrée de la Chine et de l’Inde dans le jeu économique mondial. Et aujourd’hui nous sommes tous témoins incrédules des dysfonctionnements socio-économiques. Nous avons collectivement été aveuglés par le choix fallacieux entre d’un coté un idéal révolutionnaire qui nous promettait l’abolition de la propriété privée et la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme, et de l’autre un soi-disant pragmatisme qui nous garantissait l’auto-régulation spontanée de l’économie pour le bien-être de tous. Aucune de ces promesses n’a été tenu: l’homme exploite toujours son prochain, les inégalités ne cessent de transparaitre, et nous méprisons collectivement les écosystèmes qui assurent pourtant la survie de notre civilisation planétaire.

Nous explorerons lors de notre seconde rencontre des livres révélant que le discours économique peut se révéler sexy, profond et terriblement attrayant.

« Mutation économique: la révolution intérieure »

Et si la révolution tant chérie, tant honnie, se passait à l’intérieur de chacun d’entre nous? Et si parler d’économie, de richesses, de monnaie devenait un sujet éminemment essentiel dans notre vie intime? Et si nous revenions à un discours économique plus réaliste, un discours qui ne se nourrisse plus seulement de l’orgueil de l’intellect mais aussi de la versatilité du cœur?

Comments are closed.